fbpx
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print

Poison pour l’estime de soi, racine de l’envie, de la jalousie ou véritable outil de connaissance de soi ? Qu’est-ce que ça nous apporte en fait ? Que recherche-t-on vraiment ? Cela contribue-t-il à notre bien-être ? A-t-on vraiment intérêt à arrêter de se comparer aux autres ? Alors là rien n’est moins sûr ! Enfin tout dépend de nos réelles motivations.

 

Pourquoi se compare-t-on aux autres ?

La comparaison aux autres est une façon de s’auto-évaluer et de s’étalonner. C’est notre valeur que nous cherchons à mesurer en se comparant aux autres. L’autre est le moyen le plus utilisé pour définir sa propre valeur. Sauf que du coup, en procédant ainsi, la valeur que l’on se porte est toute relative. Tout va dépendre de la personne ou du groupe de personnes auxquelles on s’étalonne.  

 

Exemple du cas du recrutement collectif 

Admettons que tu participes à une session collective de recrutement. Ce mode de recrutement est encore plus stressant qu’un process plus classique où l’on ne rencontre pas les autres candidats. Là, tu as 10, 20 ou 30 autres candidats face à toi. Et naturellement tu vas chercher à te jauger par rapport aux autres candidats. Tu scrutes le moindre qui pourraient te donner des indications sur ce qu’il vaut et ça vient directement impacter la perception que ta propre valeur. Selon comment tu te positionnes par rapport aux autres, tu sous-estimes ou sur-estimes ton niveau de compétences et ça va se traduire dans ton comportement durant le recrutement.   

 

Selon ce que l’on recherche, on va se comparer à 3 types de personnes :

 

Les personnes que l’on estime être à notre niveau, c’est une comparaison latérale

Dans ce cas, l’objectif est plutôt normatif. En se comparant à nos pairs, nous cherchons à se rassurer ou à mesurer nos performances. Si tu viens de te mettre à la course à pied, tu vas comparer ton niveau par rapport à d’autres débutantes qui ont la même condition physique que toi. On peut aussi chercher à mesurer la « justesse » de nos opinions. Tu vas par exemple aller sonder ces personnes pour savoir ce qu’elles pensent de la vaccination pour voir valider que ton opinion est bien conforme.

Mais que se passe-t-il lorsque les personnes que l’on estime être identiques à nous semble obtenir de meilleurs résultats que nous ? Et bien, c’est là que ça se complique.

Ce ne sont pas les occasions qui manquent : ta collègue de bureau vient d’obtenir une promotion, la fille que tu suis sur les réseaux sociaux depuis ses débuts et que tu considérais comme une bonne copine a dorénavant un train de vie bien supérieur au tien et tu te le prends dans la face chaque jour, ta sœur a perdu tous ses kilos de grossesse 2 mois après l’accouchement alors que les tiens semblent vouloir s’accrocher à toi pour toujours, … je vais m’arrêter là mais je pense que tu as compris de quoi je veux parler.

Alors que l’on se comparait pour se rassurer, on se retrouve dévalorisée et on rentre dans un cercle vicieux :

Pour se sortir de cette mauvaise passe, nous sommes alors amener à user de certains stratagèmes comme se chercher des excuses ou essayer de décrédibiliser l’autre.

 

Les personnes que l’on estime être inférieures à notre niveau que l’on appelle la comparaison descendante

Dans ce cas, nous cherchons à nous (re)valoriser. Lorsque nous vivons des situations par forcément évidentes et que l’on veut garder le moral, on va avoir tendance à se comparer à des personnes qui vivent des situations encore plus compliquées. Cette forme de comparaison permet la réassurance en modifiant notre perception de la situation.  En revanche, ce n’est pas celle qui donne la motivation pour se dépasser et faire évoluer les choses.  

 

Les personnes que l’on estime être supérieures à soi que l’on appelle la comparaison ascendante

Cette forme de comparaison est le moteur de l’ambition, de l’envie de progresser, de se dépasser.  L’estime de soi est renforcée par le fait que l’on pense avoir le potentiel nécessaire pour devenir meilleure. On a l’impression de sortir ainsi du lot.  On s’identifie au modèle que l’on vise, ce qui est une grande source de motivation et de satisfaction.

 

 

Comment arrêter de se comparer aux autres ?

Une « bonne » comparaison permet d’être satisfaite de soi. En revanche, le risque de faire une « mauvaise » comparaison plane en permanence. Et ça peut faire assez mal.

Arrêter complètement de se comparer aux autres parait quasiment impossible au vu de ce que nous venons de voir. En revanche, il est possible de rétablir un certain équilibre en se redonnant davantage de pouvoir à soi et moins aux autres.

 

Prendre conscience que tu es en train de te comparer

Prendre conscience des choses marque le début d’un changement. Demande toi ce que tu cherches à travers cette comparaison. Quels sont les pensées et les sentiments que ça déclenche en toi ? Si tu ressens une pointe d’envie et de jalousie, ne refoule pas et ne culpabilise pas. Demande toi plutôt pourquoi ça déclenche ça en toi. Qu’est ce que cela signifie en toi ?

Bref, sers toi de cet expérience comme un outil de connaissance de soi.

 

Se comparer à la meilleure version de soi-même

Je te propose de devenir ton propre point de comparaison. Enfin plutôt de te comparer à la meilleure version de toi-même. Comme ça tout se jouera entre toi et toi.

Prend ton carnet fétiche et ta plus belle plume et décris précisément la meilleure version de toi-même qui devient ton point de comparaison. Surtout ne te pose aucune limite, n’ais pas peur de voir les choses en grand, tu mérites bien le meilleur. Si aimes dessiner n’hésite pas à réaliser le portrait-robot de cette projection de toi-même. Tu peux également faire ce que l’on appelle un vision board (tableau de visualisation) qui représente en quelque sorte une planche de « tendance » de la version ++ de toi. Ainsi tu pourras visualiser l’objectif que tu souhaites atteindre encore plus facilement et ce sera encore plus motivant.

Décris ensuite toutes les étapes nécessaires pour atteindre ton objectif. Il est préférable d’avoir un maximum d’étapes. C’est plus motivant d’avoir des petites marches à franchir. Lance toi dans cette ascension, avance à ton rythme mais avance chaque jour un peu. Pense à mesurer régulièrement ta progression. On a souvent tendance à oublier d’où l’on est parti. Ce sera bon pour ton estime de considérer le chemin parcouru.

 

Prendre confiance en soi

Le manque de confiance en soi est l’une des raisons principales qui te conduit à te comparer aux autres. Et finalement au lieu de te rassurer ça contribue à te dévaloriser. 

Ne laisse pas ton manque de confiance en soi t’empêcher de réaliser les projets qui comptent pour toi ! 

 

 

Poison pour l’estime de soi ou véritable outil de connaissance de soi ? A-t-on vraiment intérêt à arrêter de se comparer aux autres ?

Rejoins la communauté Instragram !

reçois ton mini-coaching carrière pour booster tes projets pro !
La chaîne Youtube
dépasser la peur du jugement des autres
7 CROYANCES LIMITANTES QUI T'EMPÊCHENT D'être épanouie
Dépasser le syndrome de l'imposteur
S'affirmer au travail

7 réponses

  1. Merci pour cet article ! Je vais tenter l’exercice 🙂 Effectivement c’est toujours compliqué de se détacher du regard des autres… C’est vraiment pas évident. On a envie d’être différente, originale, tout en plaisant au plus grand nombre et sans trop sortir de la norme. PPfffiiooouuu le chemin est long pour s’accepter comme on est et être réellement libre. Mais ça se travaille 🙂

    1. Et oui le chemin est long pour parvenir à s’accepter comme on est, je crois même que c’est le travail de toute une vie mais si on prend ça comme un défi/jeu on peut rendre ça plus sympa 🙂

  2. Merci Laurie,
    C’est une question qui revient souvent pour moi en ce moment: Est-ce que je me connais? Je suis au Canada depuis 5 mois où les règles sont tellement différentes que je dois apprendre et m’accrocher d’avantage. Quand ça va pas je me questionne est-ce moi ou lui le problème? Ces remises en questions sont autant excitantes que fatiguantes.
    Failure -> Try -> Failure -> Try -> Failure -> Try (le nombre de fois qu’il faut) et enfin -> Succes !!
    Ton idée de prendre ça comme un jeu/défi est très bonne.

    1. Alors là tu t’es rajouté une difficulté supplémentaire : celle de la culture. Des pays semblent proches des nôtres et en fait il n’en est rien. J’imagine que c’est pour cela que les expatriés aiment se retrouver entre eux.
      Mais bon au fur et à mesure tu vas comprendre les règles du jeu, d’ailleurs ce serait bien plus simple si ces règles du jeu étaient mentionnées dans le guide du parfait expatrié hihi, et ça ira mieux.
      Très belle soirée ou bel après midi avec le décalage horaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CHALLENGE

 Du 14 au 20 septembre 2020

Ce que tu vas accomplir : 


TROUVE ENFIN les vêtements qui Te vont !
ATELIER OFFERT
De la frustration à l'épanouissement
Comment tirer profit de ta penderie !

Un atelier de 5 vidéos + exercices dans lequel tu vas apprendre :

INSCRIS TOI À L'ATELIER DÈS À PRÉSENT !